mercredi 9 avril 2014

"Seras-tu là" (Michel Berger) par Pascal Dorient

En nous quittant, Michel Berger nous aura séparés de lui et de France Gall.

On peut respecter le choix de France, mais existe-t-il une raison suffisante pour compenser la douleur de l'absence par le silence, surtout envers ceux qui vous aiment?

Michel Berger reste un des plus grands auteurs-compositeurs. Il aurait très certainement écrit des chansons magnifiques s'il avait vécu un peu plus.

Finalement, ce qui fait la force des artistes reste encore leur plus grande faiblesse, le coeur et tout ce qui le motive.
Pour eux, ni les mots, ni l'effort ne suffiront pour qu'ils pensent s'exprimer justement.

Ce qui pour les autres apparaît comme un excès reste dans l'esprit d'un artiste, une insatisfaction permanente.
Le manque provoque ainsi le trop-plein.
C'est ce qui les motive, la peur de la fin engendre l'éternité.

Dans ce paradoxe, ils y trouvent leur raison d'exister et c'est ce qui fait que nous les aimons.
"Seras-tu là" de Michel Berger en est quelque part l'expression.

Je suis et je reste un de ses premiers fans.